• Super Etendard, plus de 40 ans de flibuste.La Génèse

    En janvier 1973, l'aéronavale Française doit remplacer ses Etendard IVM. Ceux-ci sont en action depuis 1960.

    L'Etendard IV a été sauvé par l'aéronavale qui, à l'époque, cherchait un appareil pour équiper ses deux porte-avions et remplacer ces Fouga. Or l'Etendard IV faisait parti d'un projet d'appareils destinés à l'armée de l'air ainsi qu'à l'OTAN. Cet avion à donc été conçu pour être affecté à terre. Le premier projet est l'Etendard II, puis viendra, au fil des évolution, l'Etendard VI. Dassault construira, sur ses propres fonds, un troisième projet, l'Etendard IV.

     

    Super Etendard, plus de 40 ans de flibuste.Or, l'armée de l'Air s'étant désintéressé de ces appareils au profit du mirage III, l'OTAN ayant sélectionné le Fiat G-91, l'étendard IV sera finalement retenu par l'aéronavale qui recherche un avion d'attaque embarqué. Cette dernière possède pourtant plusieurs pistes : A-4 Skyhawk, le LTVA-7 Crusader, une version navalisée du Mirage F1 et une version navalisée du Jaguar. Ce dernier progressera jusqu'au stade des essais sur porte-avions. Pour des raisons politiques, le gouvernement va refuser toutes ces voies et choisir de moderniser l'Etendard IV.

    Moins coûteux que ses rivaux, l'Etendard IV modernisé devait faire appel à l'origine, à de nombreux éléments de son prédécesseur. Les modifications apportées au projet initiale furent si importantes que l'Etendard modernisé qui deviendra le Super Etendard, en service actuellement, n'a plus que quelques points communs avec l'Etendard IVM.

     

     

    Super Etendard, plus de 40 ans de flibuste.Coté technique

    Le Super Etendard, puis la version actuelle, Super Etendard Modernisé (SEM), est un chasseur bombardier embarqué monoplace optimisé pour les missions d'attaques air-surface, mais peut également mener des combats aériens.

    Sa voilure est nouvelle. Elle est dotée de volets à double fente et de becs de bord d'attaque inclinés. Montée en position médiane, elle accuse une flèche de 45° et son épaisseur relative varie de 6 à 5% entre l'emplanture et l'extrémité.

    Les ailerons sont actionnés par des commandes hydrauliques mises au point par Dassault. Tous les efforts des ingénieurs français se sont orientés vers la nécessité de conserver au Super Etendard une maniabilité équivalente à celle de l'Etendard IVM, malgré un poids plus élevé.

    En effet, lorsqu'il est catapulté, le Super Etendard atteint une masse de prés de 12OOO Kg, soit 1100 Kg de plus que son prédécesseur. A l'appontage, le surcroît de poids est de 300 Kg, soit une masse totale de 8100 Kg. La vitesse d'appontage est de 250 Km/h pour l'Etandard IVM alors qu'elle n'est que de 230 Km/h pour le SEM.

    Cela donne une idée des progrès considérables réalisés pour cet appareil.

     

    Super Etendard, plus de 40 ans de flibuste.Le Super Etendard est équipé d'un moteur Turboréacteur, sans post-combustion SNECMA Atar 8K50 qui lui confère 500 Kg de poussée supplémentaire par rapport à son prédécesseur. L'autonomie est plus importante car le moteur est moins gourmand. De plus, le Super Etendard peut emporter des réservoirs largables sous voilures. Il est également ravitaillable en vol. 

    Sa vitesse est de Mach 1 en haute altitude et de Mach 0,95 à basse altitude. Son plafond pratique est de 14850 m.

     

     

    Armement et détection

    Le SEM est doté de deux canons DEFA 552A de 30mm approvisionnés à raison de 125  obus chacun avec une cadence de tir de 1300 coups/minute. Le SEM a été conçu pour l'aéronavale et, de ce fait, il dispose de matériel spécifique pour remplir sa mission. Le nouveau radar Thomson-CSF/ESD Agave en bande I installé dans le nez est optimisé pour la lutte aéronavale et est capable de détecter un navire situé à 110 Km, lorsqu'il travaille en mode recherche air-surface, ou un avion à 30 Km en mode air-air. Les autres possibilités sont la poursuite ou la télémétrie en combat air-surface, la carthographie ou l'illumination d'objectifs lors d'attaques au moyen d'Exocet. 

    En 1988, le Super Etendard a reçu la capacité d'emport du missile nucléaire à guidage inertiel ASMP de 150 Kt.

     

    Super Etendard, plus de 40 ans de flibuste.Le SEM (Super Etendard Modernisé) qui équipe à ce jour le PA Charles de Gaulle, est capable de tirer toutes les munitions embarquées. Il fait encore les beaux jours en matière de bombardement tactique et à encore fait ses preuves lors des missions en Afghanistan et en Libye. (Rusticité d'emploi, capacité de maintien opérationnel en ambiance dégradée, justesse et précision des appuis feu). 

    Le SEM devrait être retiré du service en 2016, remplacé par le RafaleM qui le côtoie actuellement.

     

     La Carrière

    Les livraisons débutèrent en juin 1978 et la première unité à prendre en compte l'appareil fut la flotille 11F le 4 septembre de la même année. Le Super Etendard  à opéré sur le PA Foch et Clémenceau et finira sa carrière sur le PA Charles de Gaulle. Au cours de sa carrière, le Super Etendard à mené, au cours d'un séjour le long du littoral libanais, en soutien de la force d'interposition internationale, un appui feu qui pourtant n'est pas sa spécialité. Lors de cette attaque, quatre Super Etendard pulvérisèrent des positions d'artilleries druzes le 22 septembre 1983, prouvant ses capacités d'attaque au sol.

    Super Etendard, plus de 40 ans de flibuste.Mais, un an auparavant, le Super Etendard venait déjà de faire apparaître au grand jour ces véritable qualités air-mer.

    En effet, durant la guerre des Malouines qui a opposée l'Argentine et l'Angleterre, 5 Super Etendard Argentins, équipés avec des Exocet, opérant à partir de Rio Grande, vont semer la terreur au sein de la flotte Britannique.

     

    Super Etendard, plus de 40 ans de flibuste.L'un de ces appareils va endommager gravement la frégate HMS Sheffield, le 4 mai 1982, ainsi que le porte-container MV Atlantic Conveyor le 25 du même mois (2 missiles furent tirés à chacune de ces occasions). Le cinquième exocet en possession de l'argentine sera largué sur une cible, sans résultat. Le couple Super Etendard et Exocet se révéla d'une redoutable efficacité.

     

     

    Super Etendard, plus de 40 ans de flibuste.Le 27 mars 1984, c'est cette fois l'Irak qui, ayant acquis des appareils avec un stock important de missiles Exocet, va faire parler du tandem infernal. Louées pour deux ans, ces avions arrivèrent sur le territoire irakien en octobre 1983, après que leurs pilotes eurent été entraînés en France.

    L'objectif était de toucher et de couler les pétroliers dans le Golfe Persique en vue de ruiner l'économie iranienne. En tout se sera une cinquantaine d'attaques lancées contre les pétroliers, en 1984. La plupart des navires atteint parvinrent à s'échapper car le pétrole brut ne s'enflammait pas lorsque le missile explosait mais cette menace permanente, avec des coups au but quasi systématique alerta la communauté internationale et mis le focal sur le couple Super Etendard/Exocet.

     

    Conclusion

     Le 16 mars 2016, a l'issue de la deuxième mission Arromanches, devant l'équipage réunit sur le pont d'envol et sous le commandement, au Sabre, du pacha, le dernier SEM quitte le porte-avions Charles de Gaulle pour rejoindre le musée à Landivisiau. Une page se tourne et ce n'est ni plus, ni moins que le fleuron de l'aviation Française, le Rafale M, qui va reprendre les missions de ce bel oiseau.

    Un très petit nombre d'avions actuels peuvent s’enorgueillir d'avoir été utilisés autant de fois au combat tel que le Super Etendard. Malgré certains défauts (capacité de charge offensive insuffisante, autonomie relative en cas d'emport de charge maximale, manque de manœuvrabilité en combat aérien) par rapport au standard actuel, l'Etendard IVM, par sa rusticité dans un environnement difficile, a constitué une machine de combat embarquée fiable et de très grande qualité qui aura fait les beaux jours de la Marine Française confirmant son surnom : Le Corsaire de l'aéronavale.

     

    Super Etendard, plus de 40 ans de flibuste.

     

    ------------------------------------------------------------------------------------------

    Bibliographie :  Revue Avions et Pilotes des Editions Atlas

    ------------------------------------------------------------------------------------------

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique